oct 14 2016

Magazine Divercite Cote d Emeraude

Posted by admin in Articles exclusifs

Ma collaboration durant 9 ans pour le Magazine Divercité Côte d’Emeraude s’achève…

Magazine tendance Divercite Cote d Emeraude Saint Malo

Magazine tendance Divercite Cote d Emeraude Saint Malo

Une collaboration en tant que rédacteur en chefphotographe et rédacteur de l’ensemble des articles de A à Z du Magazine le temps de 29 numéros. Cela laisse forcément des traces ! Un Magazine mis en page par l’Agence Dumas à Rennes et commercialisé par l’Agence Precom de Saint-Malo.

29 numéros d’un magazine Divercité Saint-Malo ou Emeraude ou Côte d’Emeraude selon les numéros, cela représente l’écriture d’environ 4001 articles, la prise de vues de 4001 photographies. La recherche de 4001 slogans d’accroche pour les articles (et jamais le même)….des heures dédiées à l’écriture et au service de gens tous aussi différents les uns des autres. Appréciable !

Une vraie richesse, de vraies rencontres, un véritable échange et beaucoup de bonheur réciproque avec des interlocuteurs allant de chefs d’entreprises, responsables de boutiques, d’hôteliers et de restaurateurs du pays de Saint-Malo. Ceux qui font l’effervescence de la cité corsaire. Il est évident que ce bonheur fut un partage où l’on s’est bien amusé surtout pour les prises de vues !

Une errance à travers la ville, le temps des 10 premiers numéros où le contenu journalistique et l’information intemporelle avaient une belle place pour le plaisir des lecteurs. Pratiquement 6 à 8 pages d’information à chaque numéro du Divercité Côte D’Emeraude.

29 numéros d’un magazine dont le visage a changé pendant 9 ans. Le contenu journalistique laissant de plus en plus de place aux publireportages sous une ligne éditorial fluctuante au fil du temps. Moins de place, moins de mots, un challenge presque surréaliste !

Mais le défi a toujours été relevé avec plaisir. Le seul petit regret sera de constater qu’en 29 numéros, mon identité a été occultée de l’intérieur du magazine (Yann Chollet) : sans doute que cela faisait un peu tâche d’avoir un rédacteur en chef masculin pour un Magazine de tendances féminines ? Le choix d’une directrice d’édition ne se discute pas !

Il est venu le temps de passer à d’autres expériences ou de poursuivre celles qui sont déjà enclenchées. Toujours dans l’écriture et la photographie au service des entreprises de Saint-Malo, Dinard, Dinan ou Rennes…et des villes de proximité !

Je continue au service de la plume même si celle-ci est remplacée par le clavier depuis longtemps, de vos reportages, de l’écriture de contenu web ou de plaquettes de présentation de votre structure, votre société… Toujours au service de la prise de vues de vos chantiers, de vos boutiques, de vous ou des objets que vous souhaitez mettre en éclairage…

Toujours au service de la mise en avant de votre savoir-faire, de conseils en communication externe ou interne… Le monde publicitaire évolue, il faut évoluer avec et l’inventer par une recherche permanente d’idées, une réflexion intelligente et ne pas se contenter d’annoncer un budget : le résultat prime !

Plus de 15 ans au coeur de cet univers fabuleux et la même passion…ça compte ! C’est l’expérience qui se traduit simplement à travers l’envie de donner le meilleur de soi…

sept 21 2011

Facebook ! Mon ami…

Posted by admin in Pensées évasives

 

Fleurs des montagnes à 2500 mètres. Photo yann chollet 2011

Vous êtes gracieux et forts, à tel point que vous arrivez à vous voir tel que vous n’êtes pas ! Votre imaginaire dépasse de 100 fois, la réalité qui vous entoure, si bien que la fusion de votre esprit est capable d’engendrer des cataclysmes spirituels au plus profond de vos propres cerveaux.

N’y a-t-il point de formules mathématiques pour élaborer un projet, qui permettrait d’entrevoir l’an 2500 survivre à tant d’idolâtries intérieures ? Mettez des yeux à l’arrière de vos visages plutôt que de les fermer !

Regardez bien en dedans de vous, pour comprendre ce qui s’y passe vraiment ! Car ailleurs, du côté des sentiments profonds, les vrais, ceux qui font d’un humain un être, il n’y a pas d’amis qui vous attendent, ou si peu que vous pourriez ne rien comprendre à cette solitude inattendue lorsqu’elle viendra s’immiscer pour de bon.

En cet instant seulement, votre esprit se réveillera, trop tard, pour laisser entrevoir un phare, une bouée à laquelle vous accrocher, en espérant qu’elle tienne ; alors qu’au loin, vous verrez « les bateaux » s’éloigner et avec eux, tout l’égocentrisme qu’ils avaient à leur bord, à vous parler de vous comme un ami alors qu’ils parlaient d’eux.

C’est ce qu’il restera en 2500, quelques bouées et quelques phares dans la brume de nos incontestables absences !

Sur l’océan d’un monde accaparant nos pensées, de jours en nuits, en fond de toile l’horreur écologique et l’inhumanité, il subsistera de nos perditions dans le virtuel qu’un vague souvenir d’un instant qu’on croyait beau et qui en fait ne l’était pas…

oct 07 2010

Selection de photos 2010 par Yann Chollet

Posted by admin in Articles exclusifs
Journaliste photographe chef de pub professionnel en Bretagne sur la région de Saint-Malo, j’effectue divers travaux pour les entreprises, bars, hôtels, restaurants, magazines, entreprises, communes. Qu’il s’agisse de travaux publictaires, travaux presse, travaux particuliers, sites internet, n’hésitez pas à me contacter. Vous trouverez sur site-blog plutôt quelques exclusivités ! Surfer sur d’autres de mes sites ou mes CV en ligne pour en savoir plus. Dans cet article, quelques photos coup de coeur de l’année 2010 ! Photos de Saint-Malo, de paysages, du sillon, de Dinard, de Dinan, de Saint-Cast en Bretagne. Photos aussi de Servane Escoffier représentant Saint-Malo 2015 pour la Route du Rhum 2010. Sur son voilier ici, à Saint-Malo pendant les préparatifs avant le départ du dimanche 31 octobre 2010.  Si vous aimez mes textes, c’est ici, ci-dessous ou dans les archives sur la droite. Avec des photos d’artistes et diverses réalisations photographiques. Autrement vous pouvez aussi passer sur www.journaliste-photographe-bretagne.com pour des photos pack-shot et autres vues diverses réalisées sur saint-malo, dinard, dinan, rennes, lorient et la Bretagne… à bientôt pour de nouveaux textes et nouvelles photos de la région.

Cliquer sur les photos pour aggrandir

Défilez jusqu’en bas pour découvrir les autres articles

Servane Escoffier 2010 sur son voilier saint malo 2015

Servane Escoffier 2010 sur son voilier saint malo 2015

Servane Escoffier sur son voilier à Saint-Malo

Le Grand Bé à Saint Malo Yann Chollet.

Le Grand Bé à Saint Malo lors des Grandes Marées 2010

Cheval dans la brume en montagne photo yann chollet 2010

La Conchée à Saint Malo par Yann Chollet

Photo yann chollet, la conchée 2010. Cliquez sur la photo pour aggrandir

Le sable à SAint-Malo sur les plages de la Bretagne

Le Sable plage du sillon à Saint-Malo par Yann Chollet.

Le Sable à Saint-Malo, simple mais joli. Photo Yann Chollet, journaliste en Bretagne

Exemple de portrait réalisé par Yann Chollet, photographe.

La mer grande plage de Saint Cast en Bretagne.

La mer grande plage de Saint Cast en Bretagne.

Anse de Saint-Cast en Bretagne été 2010 par Yann Chollet

Mouette saint malo par yann chollet

Vol de la mouette malouine par yann chollet

Tigre en gros plan

Tigre en gros plan

Le tigre rien à dire. Photo Yann Chollet. Cliquez pour aggrandir.

Solidor quartier de Saint-Malo

Solidor quartier de Saint-Malo

La quartier de Solidor à Saint-Malo en Bretagne. Yann Chollet photo

Saint-Jacit de la mer en Bretagne. Photo yann chollet.

Saint-Jacut de la mer en Bretagne. Photo yann chollet.

Les chevaux dans la baie de Saint-Jacut. Tourisme

Photo du quartier de Solidor à Saint-Malo vue par Yann Chollet photograhe.

Solidor vu de Dinard lors des grandes marées. Photographie Yann Chollet.

Le mole à Saint Malo. Photographie de Yann chollet

Le mole à Saint Malo. Photographie de Yann chollet

Le mole de Saint Malo pris par Yann Chollet en photo

Plage de Saint Cast en été

Plage de Saint Cast en été

Photo de Yann Chollet, journaliste photographe en Bretagne

yann chollet photo
yann chollet photo

Toutes les photos du site sont interdites à la reproduction sans accord

Regardez les archives photos de stars sur la droite
Regardez toutes les archives de ce site en défilant jusqu’en bas
Batistes 2010
fév 22 2009

L’étoile du jour

Posted by admin in Pensées évasives

 

Le temps passe, le monde tourne, je tourne avec lui en une éternité d’étoiles.

La vie s’étend, le sentiment de vivre s’installe, j’aimerai tant mettre les voiles.

Mais je me sens parfois si fatigué,

Je me sens parfois si cassé,

Parfois je me sens si vide de sentiments,

Tout simplement, je ressens l’envie de décrocher un temps.

 

 

Pas plus de solutions ne viennent à l’aurore de nos besoins, infimes soient-ils.

La vie s’étale sur nos routes, qui se croisent, qui se perdent, quelle heure est-il ?

Et je me sens parfois si stupide,

Je me sens si souvent livide,

Parfois je me sens pourtant si libre de tout,

Si triste aussi, comme posé aux abords d’un gouffre, c’est fou,

Combien on peut se savoir inutile,

Dans un univers fait de mille petites choses futiles.

 

 

Le miroir est parfait, le reflet est beau, un être en deux images.

Le chemin s’éclaircit, la douceur revient sur le visage,

Même si je me sens si seul,

Parfois même si seul au milieu de la foule,

Je me sens si faible comme un corps voguant sur la houle.

Si fort des fois, mais l’écume étouffe le beau,

La tête reste juste à mi-hauteur entre deux eaux.

Yann Chollet 2009

oct 29 2008

Fable contemporaine (archive)

Posted by admin in Poésie

Les hommes sont-ils des bêtes ?

 

Aux yeux de certains, sans aucun doute !

 

Noyés sous les préjugés, ils guettaient leurs propres faiblesses,

L’un passait, l’autre stagnait dans son fauteuil cloué par paresse.

A force de se prendre pour un artiste, du moins d’y croire,

Il se nourrissait d’illusions, oubliant, pitoyable, jusqu’à l’humanité certains soirs.

 

Faisant chemin en balayant les idées des autres sur son passage,

Sa fierté éclaboussait alentour et il aurait fallu lui répéter un identique message.

Celui qui encensait ce semi dieu, vénéré par son double féminin,

Dire toujours tu es le meilleur, même si cela fut si souvent incertain.

 

Typique la mouette de Saint-Malo

Typique la mouette de Saint-Malo

 

Il vivait cependant de sa propre satisfaction et du bruit des mécènes autour,

D’ailleurs, quiconque pensait autrement, était de suite écarté de sa cour.

Sa femme faisant fit des remarques à l’encontre de son monstre sacré,

Comblait humblement ses caprices d’écervelé.

 

Le temps passait, entre réjouissances, repas et voluptés,

Passant de voyages, de villas agréables en grosses cylindrés.

Laissant dans le sillage, ceux qu’ils avaient délaissés,

Par ignorance, par leur propre négligence, par méchanceté.

 

Noyés sous les rumeurs qu’ils lançaient, plongés dans leur médiocre pensée,

Ils défiaient les lois, perdus dans un égocentrisme profond, égarés.

A force d’inventer des histoires, de se créer des mondes, ils devenaient pathétiques,

Ne comprenant plus rien autour d’eux, retrouvant la paresse d’hier, les vieux tics.

 

Peut-être aurait-il été bon de se remettre en question,

Plutôt que d’évincer, celle ou celui qui disait : bien non.

Mais l’égo reprenait à chaque heure son ampleur,

Si bien qu’un jour, un peu plus tard, il ne resta que les pleurs.

 

photo yann chollet 2007

photo yann chollet 2007

 

A ce prendre pour un Dieu, à voguer dans les airs,

On termine toujours, un jour ou l’autre, le cul par terre.

 

La morale de cette histoire : « Les salariés ne sont pas des bestiaux qu’on échange ou qu’on troc sur un marché forain ».

 

Cela dérange qu’on le dise ! Et alors…

 

A méditer sans modération.

 

Batistes, auteur du livre : “En Attendant Camille, Le Monde s’écroule”

Licenciement, licencié, patron, patrons, aide au licenciement, les salariés, droits des salariés, lois, la vie du salarié, histoire de licenciement, licencier, lettre de licenciement, viré, les chiens, les hommes sont des b

Photo interdite à la reproduction sans accord

Photo interdite à la reproduction sans accord

êtes, les hommes sont des chiens, les patrons sont des chiens, des rats, des vipères, 2007, 2008, yann chollet, poème, poésie, livre, roman, en attendant camille le monde s’écroule, vivre, liberté, libertad, para todo, pour tous.

 

oct 27 2008

Diam’s en concert : Allez-y

Posted by admin in Articles exclusifs

Diam's photo exclusive yann chollet

 

 

 

 

Un joli « Diam’s » pour le rap français

 

C’est vivifiant, ça décoiffe, la prose est bonne, le show est total, le prix abordable. Pas de paillettes, pas fumigènes ni de strass. La rappeuse Diam’s offre un vent frais à la scène rap française c’est indéniable. Lors de son concert à Rennes au Musikhall le 1er novembre 2006, la chanteuse, de son vrai prénom Mélanie, a développé tout son talent. Capable de chanter une prose presque parfaite, Diam’s apporte un souffle féminin à un genre qu’on croyait réservé. Ce n’est pas une mauvaise idée, puisqu’elle arrive à nous faire oublier le temps d’un live, que le rap n’est pas qu’une succession de cris. N’en déplaise aux détracteurs qui, sans l’écouter, ont fait dés les premières années un procès au rap. Partons sur la base que toutes les musiques sont bonnes à entendre. C’est d’ailleurs sous le couvert de ce prétexte qu’en général, l’amateur de sons découvre de nouveaux artistes. Ce fut mon cas à Rennes devant une salle conquise.

 

Diam’s pour un rap féminin

 

Alors Diam’s c’est qui, c’est quoi ? C’est qui, ce fut écrit ! C’est quoi ? Une chanteuse qui a des choses à dire et qui le dit clairement. Ça parle de quoi ? D’adolescence, de regrets, de chance, d’espoir, d’environnement, de passion, d’amour, de rêves, des gens, bref, des choses de la vie. L’impression est légère, le zest de rage relève le tout. Contrairement au rap traditionnel, on arrive à sortir des clichés grâce à la sensibilité féminine des textes, ce qui fait la force des mots, de ses chansons. Malgré son attachement à N.T.M, Diam’s est bien loin de nous servir les hurlements d’un certain Joey et heureusement. Il n’y a pas photo mais ceci est un avis subjectif pour une fois, mais franchement Joey Starr en concert ou sur son dernier album, c’est limite. N.T.M à la grande époque peut-être mais Joey seul, non merci. Quant à Diam’s, elle incite plutôt le public à retrouver des sonorités d’IAM, de SINIC ou autre Caution, une forme audible d’un rap français qui excelle depuis des lustres.

 

Un partage avec le public

 

L’influence n’est pas évidente. On se doute que Diam’s à passer des heures musique à l’oreille, mais son style reste personnel, ce qui fait sa force. Bien qu’on retrouve ici et là quelques lyrics d’IAM à la grande époque du « Micro D’Argent », de « Freeman Le Roi » ou consorts. On regrettera cependant la critique systématique d’une autre France, dans le texte de « Ma Bulle », extrait du dernier opus. Il faudrait effectivement sortir de la bulle, pour s’apercevoir qu’au-delà des tours, une bonne partie du peuple galère tout autant qu’au cœur des cités. Un monde tout autant touché par l’augmentation faramineuse de la consommation, la stagnation des salaires, le chômage et la connerie environnante à chaque coin de rues. Quant aux sentiments humains retrouvés à travers le CD, ils font du bien à entendre, ça respire l’espoir et l’envie d’avancer. Diam’s n’est pas forcément un modèle comme l’expose les critiques officiels des journaux officiels, mais tout simplement une bonne chanteuse qui fait son bonhomme de chemin. Une artiste qui sait partager avec le public, qui n’a pas encore la grosse tête et qui n’est pas dénouée desens. Loin de là.

 

Le Front à sa place !

 

Pour apprécier, il ne faut pas se cantonner à passer en boucle les tubes du moment, mais partir à la découverte de l’Opus. Un voyage qui mène vers un truc sympa. Avec en prime une critique claire sur le Front National, ce qui n’est pas à négliger. Diam’s frappe au bon endroit, bien direct, alors bravo et bonne route. Quant à ceux qui n’aime pas, je dis tout simplement : Ecoutez ce qui vous fait plaisir.

 

Batistes.

 

Quelques photos de Diam’s sont à vendre pour magazines ou autres me contacter à batistes@aol.com

oct 27 2008

Petite poésie passagère (archive)

Posted by admin in Poésie

 

photo exclusive yann chollet : Saint-Malo

 

Toute une vie on se balade entre espoirs et mépris

L’hiver approche certains resteront sur le parvis

D’autres dormiront sous la couette, enfoncés jusqu’au cou

Chaque instant creuse un sillon de plus sur nos joues

 

photo exclusive yann chollet : Saint-Malo

 

Le temps qui défile estompe nos meilleurs souvenirs,

Tandis que d’autres perdent toute chance d’un meilleur avenir

Nous songions déjà, à de futurs bonheurs fleurissant.

A un été clément, où sous le soleil nous irions de ci de là rêvant.

 

Nul n’aura peut-être croisé le destin, de l’homme qui se traîne pour tenir,

Nous le regarderons vagabonder ventre creux, genoux à terre, œil éteint, visage sans sourire.

Nos routes s’entrelacent, nos regards avec et le silence écarte toutes possibilités d’un sursis.

Nous passerons à côté sans même oser dire : salut comment vas-tu l’ami.

 

Photo exclusive de Saint Malo vue de la grande grue : interdit à la reproduction

 

Non pas que nous soyons des vilains ou de pauvres gens sans cœur,

Mais cet homme à terre, seul, nous inspire la terreur.

Nous croyons que nous avions tous, au départ, la même chance,

Qu’il aurait pu réagir plus vite pour éviter l’état d’urgence.

 

L’urgence est là, au pied de nos espoirs et nos mépris,

L’urgence est là qui résonne en une seule symphonie.

Dans nos petites cités de caractères ou au cœur d’un paris qui s’éveille.

Nous éteignons nos neurones, qui lentement retrouvent le sommeil.

 

photo du journaliste pigiste en Bretagne : yann chollet

 

Après ça, qu’avons-nous fait de nos vies ?

Le passé est derrière, le présent s’enfuit.

On a gardé précieusement un bonheur auquel nous avons cru

Et l’autre, celui du parvis, est mort la gueule ouverte, comme un chien dans la rue.

 

Nul ne sera responsable de sa mort et de son errance

Pas nous c’est certain, nous vivons dans nos bulles par évidence

Qui pourrait se sentir coupable de la disparition d’un chien ?

Et après tout, c’est homme qui se traînait, là, seul, n’était rien.

 

Photo exclusive : yann chollet

 

Tout ceci est faux c’est une certitude, car ce chien était humain !

Il attendait peut-être un peu de quiétude, du respect, la caresse d’une main.

Remarques, ceux qui vivent sous le pont ne demande plus rien

Ceux qui habitent là-bas n’espèrent pas grand-chose de la vie.

Ils ont depuis longtemps compris, qu’il ne reste plus d’espoirs, que du mépris…

 

Batistes, auteur du Livre “En Attendant Camille le Monde S’Ecroule” disponible sur commande aux éditions du Vent.

oct 21 2008

Aldéhy peintre contemporain à découvrir

Posted by admin in Articles exclusifs

aldehi à découvrir

 

Un site, des oeuvres, un artiste à connaître

 

Internet offre aux artistes une vitrine universelle. Mais dans les méandres de la toile, la perte de temps devient souvent une cruelle réalité, qui nous ramène à d’autres occupations. Nous parcourons ainsi le monde, d’un site à l’autre, sans parfois nous attarder, gardant comme seul souvenir les publicités inutiles qui nous assaillent. Parfois, la balade virtuelle offre de belles surprises. C’est le cas, avec la découverte du site Internet du peintre « figuratif » Aldéhy. L’artiste, né à Châtellerault en 1956, a effectivement obtenu « une vitrine artistique »  sur AOL, ce qui donna aux internautes l’occasion de découvrir le travail de ce poète, adepte de la peinture rayonnante. Rayonnante disons plutôt explosive, car c’est une véritable rencontre avec divers sujets que propose l’artiste aux yeux des hommes. Le classer du côté des « figuratifs », serait d’ailleurs peu judicieux, tant son art se décline sous différentes formes.

 

 

Une déclinaison des sentiments humains

 

En errant dans sa galerie virtuelle, on découvre au premier virage « les cathédrales de Lumières », véritable déclinaison des sentiments humains à travers le visage d’un seul modèle : celui d’un enfant, son fils Adam. Ce qui ne laisse pas insensible et attise d’ailleurs la curiosité. A travers son pinceau, l’artiste nous dévoile une palette d’expressions qui nous ramène à notre propre existence, à nos propres bambins. On pénètre, par une simple observation, au cœur de l’innocence. C’est comme un voyage initiatique qui nous parlerait de bonté humaine et qui suggérerait peut-être cette question : Quel est ce monde qui transforme avec le temps, le visage insouciant de l’enfance ?

 

 

 

 

Le sens de l’art pictural

 

Plus loin, on entre dans le vif du sujet avec 25 acryliques sur bois, véritables rencontres impossibles entre des personnages historiques comme Moïse, Cléopâtre, Confucius, César, Léonard de Vinci, Adolf Hitler, Charlie Chaplin et des contemporains anonymes. Deux individus par œuvre, ce qui suggère inévitablement une réflexion sur l’existence et le temps qui passe, l’histoire. Oui, Aldéhy ne se contente pas, apparemment, de poser sur la toile des couleurs. Il va au-delà, tentant peut-être de nous parler, du moins de faire naître en nous des émotions, des interrogations. N’est-ce pas cela le sens de l’art pictural ! Et ça marche puisque nul ne peut rester insensible à ses peintures. D’ailleurs, une rapide visite sur la biographie de l’artiste permettra aux visiteurs de comprendre le cheminement de son œuvre, la philosophie de cet homme.  

 

 

Du réalisme à l’abstrait

 

Pour celui qui ne s’arrête pas en chemin, les surprises défilent. Plus loin dans sa galerie, l’artiste nous transporte vers « le Symbolisme », avec des nuances subtiles de couleurs et des thèmes qui laisseront le visiteur touché au fond de ses neurones. Comme cette représentation de Mona Lisa, sur fond de guerre et déchéance humaine, nommée « Allez-y, cassez tout, moi je serai toujours là ». De quoi marquer notre conscience ! Non ? On passe ensuite « au réalisme », véritables photos sur toiles ; puis on plonge dans l’abstrait, en ce lieu inexplicable où chacun peut trouver sa place, son monde. Quelques clics plus loin, nous retournons vers le « Réalisme », avec une série de portraits d’hommes de couleur, dont les regards expressifs interpellent. Pas de mots, pas de long discours, uniquement l’art dans toute sa splendeur. Cet art qui suggère, qui laisse libre l’observateur de se construire une pensée, qui fait parler les sujets fixés sur le tableau. Aldéhy n’influence pas, il montre, il offre, il propose. Après, on prend ou l’on passe, la liberté de chacun est indemne.

 

 

Direction son site

 

Puisque les mots ne parleront jamais autant que les yeux, partez donc à la découverte de cet univers autant mystique que surprenant. Celui de ce poète du pinceau. Grave parfois, ironique, dérangeant, drôle, incontestablement doué, Aldéhy marque par son art les consciences. Après, c’est juste question de sensibilité mais la balade vaut le détour. Si l’envie vous prenait de passer du virtuel au réel, le contact reste possible par simple Email. N’attendez plus, bon voyage sur http://www.artabus.com/aldehy

 

Batistes.

oct 21 2008

Les 12 caricatures de Mahomet

Posted by admin in Articles exclusifs

Caricature de manhomet

Les caricatures censurées !

Caricature de manhomet

 

Découvrez sur mon blog, avant Charlie Hebdo cette semaine, Internet oblige, quelques-unes des 12 caricatures de « Mahom..TUTTT ». Pour porter la dérision à son paroxysme, j’ai censuré les propres dessins censurés dudit prophète (Dessins publiés voilà plus de 4 mois dans le quotidien Danois Jyllands-Posten). En France, c’est le Journal France Soir, chapeau bas, qui a publié en intégralité les fameux dessins, mercredi 1 février 2006. Le directeur du quotidien, pour cette tentative courageuse, s’est vu remettre une belle missive de licenciement, le soir même. Une censure visible jetée aux yeux des lecteurs et des consciences. La liberté de la presse en prend pour son grade. A longueur d’année, certains se battent pour défendre celle-ci, en d’autres lieux de la terre, mais là, c’est chez nous qu’elle est bafouée. La France perd beaucoup ces dernières années, dans tant de domaines (économie, armement, justice…). Maintenant, c’est au tour de la presse de bien comprendre que la liberté d’expression s’estompe. Il existe certains sujets, certains humours, certaines entreprises qu’il est préférable de ne pas citer dans la presse française ! Etonné ? 

 

Cette parution a fait l’effet d’un clash du côté d’un nombre important de musulmans ! On se demande bien pourquoi ?

 

Caricature de Mahomet lance la polémique.

 

Caricature de mahomet

 

Guerre et haine au nom de 12 petits dessins ! 

 

Le directeur de France Soir, Jacques Lefranc, a donc fait ses valises suite à cette prise de position. A savoir : garder son choix d’informer, de montrer, de dire. Il se pourrait que l’histoire des caricatures tombe à pic pour le limoger. Des bruits de couloirs ? Peut-être ! Tenons-nous en à l’information officielle. L’idée même que quelques dessins puissent susciter autant d’émotions dans le monde musulman, est irréaliste. C’est le choc des civilisations ou l’incompréhension grandissante d’un monde, qui par sa mondialisation, a fait que les hommes ne se comprennent plus. Devons-nous aussi rayer l’humour, la liberté d’expression au nom de la religion, des religions ? N’avons-nous pas sous nos yeux, dans les livres d’histoire, les horreurs de la frénésie fanatique, des guerres de religions, des dérives déclenchées par des croyances à outrance. La liberté de croire est un droit, mais la liberté de croire le contraire en est aussi un. Le tout étant de rester humble et de bien s’entendre. Pas besoin de poser des bombes ici et là, d’enflammer des drapeaux pour s’expliquer. Il faut se détendre, reprendre son souffle, réapprendre à aimer l’autre. Pour douze jolis coups de crayon, cela vaut-il la peine de se prendre la tête ? Ou encore de mettre à la porte un directeur, qui par sa bonne idée, s’est fait remercier. Espérons, au moins, que la médiatisation de l’affaire relance les ventes du quotidien France-Soir, en redressement judiciaire depuis un bon moment.

 

 

Image modifiée des Caricatures de Mahomet par Yann Chollet.

 

Certains n’aiment pas la paix, c’est sur

 

Par ce billet d’humeur, je soutiens ceux qui publient et publieront encore les dessins d’auteurs, ceux qui par leurs enquêtes apportent des preuves, ceux qui par leur courage marchent la plume en main, sans se retourner ; et ceci dans le seul objectif de défendre notre liberté d’expression et donc nos libertés individuelles. Autrement, que dire « des dérisions » observées ici et là, à travers le monde ? Ridicules, incompréhensibles, navrantes. Ces réactions de prétendus défenseurs d’une religion, vues à la télévision, ne méritent pas la une. Nous créons déjà tant de raisons de nous haïr, qu’il suffit aujourd’hui de chercher à droite ou à gauche, pour trouver les prétextes de conflits. Les hommes sont-ils donc destinés plus à se détruire qu’à construire de belles choses ensemble ? L’affaire des caricatures de Mahomet n’est, en fait, qu’unprétexte, une mauvaise excuse pour ceux qui n’aiment pas la paix, c’est tout.

 

Les religions fourniront toujours, à ceux qui les cherchent, les meilleurs prétextes à des guerres civiles “. Sacha Guitry

 

 

Lien pour découvrir les 12 caricatures de Mahomet.

http://permanent.nouvelobs.com/medias/20060202.OBS4859.html

 

Batistes

oct 21 2008

Poésie du jour

Posted by admin in Poésie

 

Photo exclusive de la grande grue intra muros : yann chollet

 

Se soumettre à rendre l’encre à la plume. C’est paraître en attendant meilleure lune. Laisser un temps le discours des autres planer. Est-ce se résoudre à tant de dégoût, lassé ? Peut-on s’estomper dans le silence d’un moment ? Pour que tout, par magie, s’éclaircisse un instant. Le monde s’évade et nos vies sont passées. Je me noie dans les yeux des enfants assassinés. Ils sont plusieurs à crier, leur cœur est fendu. Pourquoi merde tous ces drames et toujours, irrésolus ?

 

Se soumettre à rendre le paraître à la plume. C’est partir tête baissée en quittant la tribune. Laisser trop de chance à l’unique pensée. Est-ce se pendre à la corde des mots délaissés ? Peut-on se suicider en toute quiétude devant les biens pensants ? Sans rien dire, sans écrire, sans chanter, sans sentiments. Le monde s’étire et nos âmes sont errantes. Je me noie dans les regards des femmes battus suffocantes. Elles sont tristes et plus d’une larme a coulé. Les ordures ça existent, la guillotine est cassée.

 

Se soumettre à rendre le départ à demain. C’est dormir humilié en ne rêvant plus rien. Laisser sa viande se trimballer au grès du vent. Est-ce l’objectif des humains de maintenant ? Peut-on n’être qu’un vide, qu’un néant toute une vie ? Pour que rien ne soit fait, rien ne soit dit. Le monde s’échappe et nous avec. Je me noie dans les hurlements de l’Afrique en obsèques. Sida, ils sont si nombreux à périr, alors que si peu ferait tant pour l’avenir. Les mères, les maris, les femmes, les enfants…..Que faisons-nous, de nos vies, pour aider les gens ?

oct 21 2008

L’Europe débat sur FR3 (Archive Avril 2005)

Posted by admin in Articles exclusifs

 

 

Lundi 25 avril 2005, FR3 proposait un débat animé, faut-il le dire, par une Elise Lucet resplendissante et réactive. L’envie me démange d’ailleurs de lui écrire « une lettre à Elise » pour lui dire ceci : Vous êtes une journaliste comme je les aime, bravo. Bon cela dit, l’émission « débat sur la constitution européenne », n’a pas encore manquée d’être pitoyable, une fois n’est pas coutume. Jamais deux sans trois. Deux phrases me viennent à l’esprit : « Dans le doute abstiens-toi ». Première réplique pour expliquer à ceux qui ne lisent pas, qu’ils ne doivent ni voter et surtout se taire. Est-ce démocratique de partir aux urnes en juin prochain, pour se décider d’une chose qu’on ne connaît pas ? Non. Pour une fois l’abstention serait de démontrer l’inutilité d’un referendum inutile, que nos chers politiciens transforment à chaque heure, un peu plus en une mascarade. « Ah ! La politique est l’art de créer des faits ; de dominer, en se jouant, les événements et les hommes ; l’intérêt est son but ; l’intrigue son moyen : toujours sobre de vérités, ses vastes et riches conceptions sont un prisme qui éblouit » Beaumarchais, un visionnaire ? Oui et surtout réaliste, rien n’a changé depuis.

 

N’entrons pas « dans la caricature » c’est la phrase phare de nos politiciens sur ce traité. Un sacré débat quoi. En écoutant l’émission l’autre soir, j’ai compris pourquoi ils évitent l’écran : parce qu’il les reflète tels qu’ils sont. Que ce soit Barnier ou Voynet,  Philippe De Villiers (qui ne représente que lui-même), Buffet ou Le Pen en passant par Besanceno et Bayrou, Lang, qu’ils sont ridicules lorsqu’ils pensent détenir une vérité. Ce n’est pas possible, désespérant. Pourquoi un invité n’a pas pu prendre la parole et dire : « Mais voyons, vous répondez à côté de la plaque. Vous nous méprisez, nous emmerdez, revoyez votre copie et repassez plus tard ». Ah Coluche que de sketchs en perspective ! Personne n’a repris le flambeau, en France maintenant, on bande mou sur la prise de parole et sur tout d’ailleurs. Chacun pour sa pomme, tous pour moi, tout pour moi et rien pour les autres. Cela n’a rien à voir avec le traité établissant une constitution européenne, je le sais. Elle n’y changera rien non plus d’ailleurs. Mais vous remarquerez que la plupart des questions abordées ce soir là, sur un plateau télé transformé en hémicycle (mise en scène assez affligeante), n’avaient pas grand chose à voir avec ce referendum.

 

Bref, on nous dit d’aller voter oui, on nous dit d’aller voter non ; on pose des questions hors cadre puisque personne n’a lu ; les politiciens sont ailleurs, à espérer un siège vraisemblablement pour leur propre fesse ; les médias font leur petite salade pour nous divertir et vendre du papier ; on fait jaillir des grandes peurs sur le méchant américain qui nous bouffe déjà depuis bien longtemps ; on nous fait découvrir que la Chine n’est plus un pays sous-développé. Oh là là, la catastrophe les petits enfants, aurait lancé Guignol. Oui, les guignols ne sont plus que des marionnettes, mais bien en chair et en os. Tout ceci présentant un avantage, tout de même, celui de nous faire oublier notre triste quotidien. Au restaurant, dans les cafés, dans les discussions, on bouffe de la constitution européenne à tous les râteliers. L’indigestion venant finalement à la lecture du traité. L’addition s’il vous plaît. Heureusement, nous serons bientôt sauvés. Dans quelques jours tout le monde aura son beau petit livret, dans la boîte aux lettres, pour apprendre sa leçon. Connaissant la difficulté de lire les X pages de ce beau traité, il est par avance regrettable que Madame Marcel, qui habite au 50ème étage de la tour de béton n°6 et qui sort en moyenne une fois de chez elle, le samedi, pour se ruer au temple de la consommation regarder les produits qu’elle n’achètera jamais, ne lise pas une seule page du dit traité. Combien de mesdames Marcel ne le liront pas ? Combien iront pourtant voter ? C’est une problématique…

Arrêtons les débats télévisés stériles où les prétentieux s’écoutent, où nos politiciens (de tous bords) nous font regretter d’avoir voté pour eux.

Batistes

oct 21 2008

Entre Nostalgie et attente

Posted by admin in Musique

« Noir Désir en Images » séduira les inconditionnels du groupe rock français. Cinq heures de pur bonheur, pour patienter….

 

Un DVD Atomique

 

Le double DVD « Noir Désir en Images » restera, sans contexte, une bombe atomique de plaisir pour les admirateurs du groupe. Passé l’abîme du premier morceau enregistré en public, qui nous fait douter de nos propres pensées sur Bertrand Cantat, grande messe médiatique oblige ; on plonge rapidement, tête baissée, dans l’atmosphère du live. On ne saurait faire autrement. Ceux qui étaient présents lors du concert à Evry en 2002, d’où proviennent les images d’une partie du DVD 1, trembleront de nouveau ; tandis que les autres, viendront à regretter d’avoir loupé ça. Le voyage vaut le déplacement. Le temps du rattrapage est venue.

 

Toujours les plus grands de la scène Rock Française

 

Avec ce retour « en images », « Noir Désir » montre qu’il reste l’un des plus grands groupes rock de la scène française. Voire le plus grand, bien qu’absent des salles pour les causes connues. Ne nous éloignons pas du sujet, restons concentrés sur la musique. Si les rifles du guitariste Serge Teyssot-Gay ressemblent à ceux de The Edge de U2, Bertrand Cantat prend des allures, parfois, d’un Jim Morisson au sommet de sa gloire. Le tout est amplifié par un « quatuor cordes » et des musiciens survoltés. Le Live d’Evry est simplement exceptionnel. Une fois le DVD dans le lecteur, c’est mission impossible pour l’enlever. Ça défile si vite, c’est si intense…si Noir Désir. Le chanteur charismatique pousse ainsi les auditeurs dans leur retranchement, à chacune de ses performances vocales, qui n’en finissent pas de résonner comme un hymne à l’humanité. Les paroles sont celles qu’on connaît, véritables messages clamés avec rage et compassion, espoir. Sans concession aucune.

 

La Fusion Mystique

 

Le premier DVD imposera une forte envie de le remettre. La qualité audio tout comme la réalisation sont excellentes ; l’univers de ces instants magiques, retranscrit à la perfection. On ne se lasse pas, par ailleurs, d’apercevoir au gré des morceaux qui défilent, d’anciennes images du groupe en public ou studio (Eurockéennes 2002, Gisti 1999, Buenos Aires 1997). Tout s’enchaîne pour de longues heures de pure jouissance. Mais le réel bonheur se pointe au moment de pénétrer au cœur du DVD 2. Des scènes de live encore et encore, en passant par les coulisses et le trajet d’une tournée, rien n’est omis. Ni les clips, comme ceux incontournables de « Aux Sombres Héros de la Mer » ou « Un Jour en France », que l’on re visionne avec une nostalgie omniprésente ; ni les commentaires des musiciens du groupe. Tout est dit ou presque. L’on décrypte, en fait, au fur à mesure de ces cinq heures de voyage astrale, cette fusion mystique que forme Noir Désir.

 

A retenir

 

La sortie de « Noir Désir en Images » est donc bien plus qu’une occasion d’imprimer des papiers médiocres sur un quelconque scoop. Bien que certains prendront leur chance de remuer le couteau dans la plaie, ne négligeons pas le fait qu’il s’agit là de musique et uniquement. L’empreinte du groupe est toujours, musicalement et textuellement, dans les esprits, qu’on se le dise. On en redemande, même s’il existe des faits que nous regrettons tous.