mai 05 2016

Petit Hommage à Saint-Malo par la poésie.

Posted by admin in Pensées évasives

La poésie anime l’écriture. “Les écrivains qui ont recours à leurs doigts pour savoir s’ils ont leur compte de pieds ne sont pas des poètes : ce sont des dactylographes” disait Léo Ferré. Photographe professionnel à Saint-Malo, j’écris aussi parfois…

Ce petit texte dédié à la ville de Saint-Malo, écrit pour le concours de l’Office de Tourisme 2016.

Marchant sur ces pierres posées, j’ai croisé ton regard.

S’étendaient sur l’estran des figurines humaines.

Les goélands voilaient ma vue sur le phare,

Soleil couchant sur Cézembre, il est déjà tard.

Panoramique sur fond de brises enfumées,

Je ne sais plus si je dois partir ou bien rester.

La mer, le sable, le vent, la liberté,

Dans tes remparts que de souvenirs imprimés.

Fermant les yeux, je sens ces fragrances lointaines,

Bateaux revenus au port, poissons à la criée,

Senteurs d’algues sur pierres échaudées à peine,

Brise du large, c’est la mer qui coule dans mes veines.

Une corde flotte au fil du vent,

Une accalmie se précise de temps en temps.

Me revient la tonalité de cet accord majeur,

Je tremble, marche sur la digue, je pleure.

Posant mon corps fébrile à même le sable fin,

Bruit doux du reflux lent et de vagues éparses.

Poète entends-tu le son du retour des marins,

Du haut du Grand-bé ? Ils reviennent chaque matin.

C’est ton sable qui brille,

L’écume d’un bateau, en partance, qui scintille.

C’est le vol silencieux d’un poète,

Un son essoufflé, au loin le cri de la mouette.

Prenant au creux de ma main la bernique écrasée,

Etonné par ce qui se cachait sous ce chapeau,

Buvant par mégarde une goutte d’eau salée,

Coule sur ma joue, cette larme aux saveurs du passé.

Deux minutes, je n’ai pas encore réfléchi,

A ce voyage qu’on m’a promis,

A ce que j’allais dire à mon capitaine,

Au sujet de ce salaire qui me fera laisser ce que j’aime.

Passant par l’extrémité du môle des noires,

Dans une solitude bienfaisante où je me perds,

Petite mélancolie passagère d’un soir,

Personne pour me dire si l’on va se revoir.

Je ne sais pas encore ce que je vais faire,

T’attendre toujours ou tout laisser derrière.

D’un côté cet appareillage, songe d’une course au long cours,

De l’autre toi, la cité, les amis, mes beaux amours.

Un kitsurf s’envole dans un ciel éternel,

Ô mon dieu que ta mer est belle !

Adossé aux remparts, sur ces pierres où je pose mes mains,

Vision sur l’horizon, ce bleu en attendant demain.

C’est le goût prononcé de ton sel qui flétrit la peau,

L’effluve de ton air qui embrase les mots.

Le son que tu fais dans les haubans qui endort,

Ce paysage à perte de vue qui vaut de l’or.

Saint-Malo es-tu restée la même…

…depuis que je suis parti ? ©yannchollet2016

Photographe à Saint-Malo - Auteur de publi-reportage - journaliste - photographies professionnelles Saint-Malo - Photographe professionnel Saint Malo - Portraits - Paysages - Agence de publicité - Service Communication.

jan 20 2011

” Si et seulement Si ! ” Poème contemporain.

Posted by admin in Pensées évasives, Poésie

Yann chollet journaliste photographe publicitaire en Bretagne. A Saint-Malo, Dinard, Plancoët

Yann chollet journaliste photographe publicitaire en Bretagne. A Saint-Malo, Dinard, Plancoët

 

 

Qu’est-elle ?

 

Dans les névralgies de mes interstices cérébrales

Les idées semblent voguer sur un océan fané.

La beauté enivrante de cette rose fatale,

A longuement plané au-dessus des airs embrumés.

 

Est-elle vision passagère due à mes maux ?

Mes paupières sont si lourdes de penser,

A son éternelle jeunesse du marbre au berceau,

Qu’hier encore, j’ai cru l’apercevoir, passer.

 

Etrange sensation de la sentir à deux pas,

Doux ressentiments de la croire à m’attendre,

Elle qui n’appartient à personne fait vibrer mon émoi,

Cette femme pudique pour qui j’oserai me pendre.

 

Son parfum apothéotique poursuit sa route en ville,

Les hommes bien que la désirant l’ignorent, elle impose.

Nul ne sait si l’aborder serait compliqué ou facile,

On connait peu sa vie, les rumeurs disent tant de choses.

 

En me promenant dans les artères blessées de ma tête,

Le paraître s’évertue à brouiller la vision, les pensées.

Ce dont je me souviens d’elle, d’un coup s’arrête !

Est-il question d’amour naissant, futile, empressé ?

 

Les mains se rejoignent, se serrent, se frottent lentement,

Les yeux partent à droite, à gauche puis reviennent.

De ces soirs où je t’aimais plus que moi-même, je ressens,

Les odeurs de fleurs, de blés coupés qui me parviennent.

 

Là-haut plus loin, là-bas au sud si la vie s’estompait ?

Les sillons se forment, disparaissent à la surface,

Adieu la nuit, les songes, ces images s’effacent,

De cette femme n’existant pas dont hier je rêvais !

 

batistes 2011.

Saint-Malo, auteur maloui, journaliste à saint-malo, photographe à saint-malo, auteur à saint-malo, publicitaire saint-malo, agence de publicité, site internet sur la région de saint-malo.

mai 10 2010

Un Petit mot !

Posted by admin in Pensées évasives

Mon nouveau site mis en ligne depuis peu dédié aux photos : portraits, entreprises, hôtels, restaurants. Les dernières images de Diam’s en concert en 2010. Des photos d’artistes et d’artisans de la région malouine, de chefs d’entreprises de Saint Malo. Un petit tour en image de la région de saint malo, dinard, dinan, plancoet, ploubalay. J’en profite pour faire une petite présentation de mes travaux, réalisations diverses depuis 10 ans en agence de publicité sur dinard, saint malo, dinan. En tant que journaliste pour la presse nationale, les magazines de mode et autres supports. Mes travaux en tant que publicitaire et chef de pub, conseils en stratégie de communication. Mais aussi les nombreuses photos réalisées pour des sites internet imaginés par mes soins en collaboration avec des développeurs Web. Toutes demandes me contacter par mail ou téléphone : Rédaction de publi-reportage, rédaction de livres, rédaction de comédie musicale ou pièce de théâtre, écriture de contenu pour collectivités, entreprises, sites internet. Créations et conseils de plaquettes, de dépliants, de flyers, de brochures, de journal interne ou externe… Si vous êtes sur la région de saint-malo, dinard, dinan, ploubalay, saint cast, pleurtuit, n’hésitez pas !

www.journaliste-photographe-bretagne.com

Yann Chollet, journaliste photographe en Bretagne à Saint-Malo sur la région de Dinard, Dinan, Saint Brieuc, Rennes, réalise rédactionnel, publi rédactionnel, articles de presse, photos pour site internet, hôtels, restaurants, grandes entreprises, artisans, plaquettes, brochures, dépliants, flyers, enseignes, photographies. Conseils en stratégie de communication. Travaille avec les agences de publicités et graphistes pour réaliser sites internet. Chef de pub depuis 10 ans en agences publicitaires sur la région malouine à saint malo, dinan, dinard, pleurtuit, plancoet, saint-cast. Photos diverses de portraits, de campings, de galeries d’art, de trompe l’oeil pour décoration intérieur. Ecrit votre livre. A réalisé aussi des comédies musicales comme Le Retour de Mary Poppins, Norbert Sweets. Ecrit aussi des chansons, de la poèsie. Toutes écritures pour plaquettes d’entreprises, sociétés, adaptées à l’impact souhaité. Sur la région malouine depuis 10 ans et des collaborations pour de belles enseignes : Le Cancaven  à Dinard, Transports Guisnel, Campings Vert Bleu à Saint Cast, Les blés d’or, Les bois de Saint-Malo, les Thermes Marins de Saint Malo, Eric Lequertier, Boudet, La Mère Pourcel, Bessec, Au coeur du Bois, Tercy Levillain, Cliniline concept, Joyeuses Tables, transports Lemée… Yann Chollet, journaliste photographe à Saint Malo. Packshot photos sur la région Bretagne, je me déplace sur Saint-Malo, Dinard, Lorient, Vannes, Quiberon, Dinard, Dinan, Pleurtuit, Ploubalay, Plancoët, Erquy… Photographies de boutiques, d’enseignes, de structures diverses.
mar 31 2010

Le soldat universel

Posted by admin in Poésie

Le dernier mot du soldat !

 

pavé saint malo : yann chollet 2009

Les pavés de saint malo. Photographie de yann chollet, journaliste photographe malouin.

Si vous aviez su ce dont il me restait de ça,

Vu dans la nuit, ces images passer par là.

Ces murmures, ces bruits, ces plaintes venus de la plaine

Dans ma tête, dans mon cœur, au plus profond de mes veines.

 

Si vous aviez su ce dont il me restait de ça,

Des déchirures qui ne s’estompent pas

Une montage et une autre, puis un mirage

Seul, tremblant, gisant au cœur de l’orage.

 

Si vous aviez su ce dont il me restait de ça,

Un chaos que je cachais secrètement au fond de moi

Toujours ce même cauchemar qui allait et revenait

A chaque instant pour m’envahir, m’envahissait.

 

Si vous aviez su ce dont il me restait de ça,

Lorsque je l’ai tenu dans mes bras,

Alors que je sortais tout juste de l’adolescence,

Mon jeune ami, blessé, qui s’en va.

 

Si vous aviez su ce dont il me restait de ça,

J’ai pourtant aimé la vie, tenté d’oublier.

Et si vous aviez vu cette guerre tout comme moi,

Vous sauriez la blessure qu’elle laisse ici-bas.

 

Si vous aviez su ce dont il me restait de ça,

De ces déserts, de ces soleils, de ces appelés soldats

De cet ami dont je me souvenais le regard,

De son adieu, de son départ.

 

Si vous aviez su ce dont il me restait de ça,

Alors vous sauriez une chose, tout comme moi

L’une de mes pensées que je vous laisse là :

Jamais plus la guerre, jamais plus ça !

 

batistes : Yann Chollet : Interdit à la reproduction sans accord.
fév 22 2009

L’étoile du jour

Posted by admin in Pensées évasives

 

Le temps passe, le monde tourne, je tourne avec lui en une éternité d’étoiles.

La vie s’étend, le sentiment de vivre s’installe, j’aimerai tant mettre les voiles.

Mais je me sens parfois si fatigué,

Je me sens parfois si cassé,

Parfois je me sens si vide de sentiments,

Tout simplement, je ressens l’envie de décrocher un temps.

 

 

Pas plus de solutions ne viennent à l’aurore de nos besoins, infimes soient-ils.

La vie s’étale sur nos routes, qui se croisent, qui se perdent, quelle heure est-il ?

Et je me sens parfois si stupide,

Je me sens si souvent livide,

Parfois je me sens pourtant si libre de tout,

Si triste aussi, comme posé aux abords d’un gouffre, c’est fou,

Combien on peut se savoir inutile,

Dans un univers fait de mille petites choses futiles.

 

 

Le miroir est parfait, le reflet est beau, un être en deux images.

Le chemin s’éclaircit, la douceur revient sur le visage,

Même si je me sens si seul,

Parfois même si seul au milieu de la foule,

Je me sens si faible comme un corps voguant sur la houle.

Si fort des fois, mais l’écume étouffe le beau,

La tête reste juste à mi-hauteur entre deux eaux.

Yann Chollet 2009

oct 21 2008

En Attendant Camille Le Monde S’ecroule (archive 2006)

Posted by admin in Poésie

Le Livre du moment (janvier 2006)

Le pitch ? Quel pitch ?

Il est impossible d’en dévoiler un. En un mot ” je crois que c’est mon meilleur livre ” raconte l’auteur. Deux ans d’attente avant la parution,  mais un bouquin totalement rattrapé par l’actualité. Il serait trop prétentieux de faire un compte rendu sur cet ouvrage indéniablement contemporain,  qui échappe à la mécanique facile de la critique moderne. Les journalistes et les lecteurs de la première heure restent unanimes : ” A travers ses expressions décalées, une prose amère,  Batistes ouvre les portes de nos esprits, pour plus de réflexion sur notre avenir “.

Le personnage principal du roman, se retrouve face à la maladie. Il vit ses dernières heures. Seuls son crayon à papier et son cahier le tiennent en vie. Les mots s’enchaînent. Le monde contemporain se fait soigner : ” Que vais-je montrer de beau aux enfants de demain si vous cassez tout ” , s’interroge le narrateur, cloué au lit. Yannis part en lambeaux, le monde aussi. il s’écroule.

Cet avertissement,  à destination des humains, est fait avec justesse et sentiments. Un pavé romancé sur la société, un hymne à l’écriture également, qui semble faire vivre auteur et narrateur. Tout simplement une soif de communication, un appel à la réflexion. L’esprit est lucide, les phrases choc. Seul l’amour résiste au réquisitoire de ces 276 pages. Une fois encore, Batistes (pseudo de Yann Chollet) aime et châtie bien.”

Commande directe : Editions du Vent, Yann Chollet, 13 rue des Venelles, 22130 Plancoët. (Envoi à réception du chèque de 21€). Contact 02.96.84.14.69

Texte de l’éditeur en collaboration avec Briac.T journaliste du Petit Bleu des Côtes d’Armor

oct 21 2008

Mon livre toujours disponible

Posted by admin in Poésie

” En Attendant Camille le Monde S’Ecroule “

 

Image de Yann Chollet, journaliste, auteur et photographe pour la presse en Bretagne. Originaire de Saint-Malo.

 

4ème de couverture

 

” Elle est morte pendant son sommeil. Ma petite “drôle”, mon bambin. Aline n’a plus revu papa. Papa, seul, t’a revue. Sur un brancard, comme si tu étais plongée dans un simple sommeil profond. Mais ce n’était pas un somme et en te serrant une dernière fois, j’ai divagué. Ce fut comme si les vaisseaux de ma tête se plaquaient contre ta peau, tous unis pour que je ressente un poids lourd et que je perde l’esprit. Je l’ai perdu. Cette impression spirituelle est dure à décrire, tant elle déchire l’intérieur pour pénétrer au cœur de l’inconscient. Elle est plus qu’une déception, c’est une calamité ; une combinaison d’incompréhension et de certitudes, un mauvais mélange de peur et de désespoir. En fait, nous ne pouvons exprimer ce genre de sentiments, car nous avons tous des cadres de référence tellement différents, si éloignés qu’aucune impression ne peut être la même d’un humain à l’autre. Se ressembler éventuellement ! Mais pas identique. La sensation de sentir qu’elle n’était plus vivante fut cela, une émotion indescriptible et déchirante…”

A 45 ans, Yannis se retrouve face à la maladie. La mort l’attend. C’est seul, dans sa demeure de Saint-Malo, qu’il va voyager dans son passé et penser à l’avenir de Camille, sa petite-fille. C’est son seul horizon depuis le tragique accident familial. En attendant de la revoir, il règle ses comptes avec cette société qu’il ne comprend plus. Ce monde qui s’écroule, c’est le nôtre.

 

Le premier livre

 

Mon  premier livre polémique ” 7 jours sur 7 à votre service ” éditions du Vent, a fait son chemin depuis 2002, avec plus de 2.000 exemplaires écoulés. La presse nationale et les lecteurs avaient noté d’excellents commentaires à mon égard. Ce fut d’ailleurs assez inattendu et agréable. Même s’il a fallut ne pas compter les heures, ne pas escompter de bénéfices. Ce n’est pas grave, le témoignage était fait, était dit, a dérangé dans les sommets et des gens se sont remis en question. Le combat n’est jamais simple mais au final, les commentaires des lecteurs font tellement plaisir. Que du positif dans cette aventure. Le vrai bonheur.

 

A l’achat direct

 

” En Attendant Camille, Le Monde S’Ecroule “, est mon second livre maintenant dans « les Bacs ». La quatrième de couverture résume bien le contenu : Percutant et poignant d’après les premiers lecteurs. Vous aimez peut-être mon style ? Alors vous retrouverez dans ce roman l’ironie et l’arrogance de mes mots, à travers cette histoire déchirante. Le premier tirage est de 400 exemplaires, il est donc conseillé de commander directement et rapidement le livre à l’adresse ci-dessous. Sous peine, sans doute, de passer à côté.

 

Commande directe à

 

Editions du Vent. Yann Chollet. 13 rue des Venelles. 22130 Plancoët (Envoi du livre à réception du chèque de 21€ “frais de port inclus”).