oct 29 2008

Saint-Malo

Posted by admin in Poésie

 

livre de yann chollet

C’est à même le sable que je découvre ton visage, que je réalise ta quiétude et ta sagesse.

C’est à même le sable qu’au loin j’aperçois le bonheur, le chant d’un oiseau crieur, un bateau qui vogue.

C’est à même le sable que je te découvre, immensité parmi les mystères, vol silencieux d’un poète.

C’est à même le sable que ton horizon se décrit, ton ciel incolore, tes parfums inodores et toi.

C’est à même le sable que je t’admire pour ce que tu es, la nuit vient de tomber…sur Saint-Malo.

Yann Chollet 1986

yann chollet,divercité emeraude,divercité emeraude 2008, saint-malo,dinan,auteur,journaliste,écrivain,yann chollet journaliste,yann chollet rédacteur,pigiste,2007,poèmes,livre,acheter,poésie,malouin,yann chollet malouin,yann chollet poèsie

oct 27 2008

Petite poésie passagère (archive)

Posted by admin in Poésie

 

photo exclusive yann chollet : Saint-Malo

 

Toute une vie on se balade entre espoirs et mépris

L’hiver approche certains resteront sur le parvis

D’autres dormiront sous la couette, enfoncés jusqu’au cou

Chaque instant creuse un sillon de plus sur nos joues

 

photo exclusive yann chollet : Saint-Malo

 

Le temps qui défile estompe nos meilleurs souvenirs,

Tandis que d’autres perdent toute chance d’un meilleur avenir

Nous songions déjà, à de futurs bonheurs fleurissant.

A un été clément, où sous le soleil nous irions de ci de là rêvant.

 

Nul n’aura peut-être croisé le destin, de l’homme qui se traîne pour tenir,

Nous le regarderons vagabonder ventre creux, genoux à terre, œil éteint, visage sans sourire.

Nos routes s’entrelacent, nos regards avec et le silence écarte toutes possibilités d’un sursis.

Nous passerons à côté sans même oser dire : salut comment vas-tu l’ami.

 

Photo exclusive de Saint Malo vue de la grande grue : interdit à la reproduction

 

Non pas que nous soyons des vilains ou de pauvres gens sans cœur,

Mais cet homme à terre, seul, nous inspire la terreur.

Nous croyons que nous avions tous, au départ, la même chance,

Qu’il aurait pu réagir plus vite pour éviter l’état d’urgence.

 

L’urgence est là, au pied de nos espoirs et nos mépris,

L’urgence est là qui résonne en une seule symphonie.

Dans nos petites cités de caractères ou au cœur d’un paris qui s’éveille.

Nous éteignons nos neurones, qui lentement retrouvent le sommeil.

 

photo du journaliste pigiste en Bretagne : yann chollet

 

Après ça, qu’avons-nous fait de nos vies ?

Le passé est derrière, le présent s’enfuit.

On a gardé précieusement un bonheur auquel nous avons cru

Et l’autre, celui du parvis, est mort la gueule ouverte, comme un chien dans la rue.

 

Nul ne sera responsable de sa mort et de son errance

Pas nous c’est certain, nous vivons dans nos bulles par évidence

Qui pourrait se sentir coupable de la disparition d’un chien ?

Et après tout, c’est homme qui se traînait, là, seul, n’était rien.

 

Photo exclusive : yann chollet

 

Tout ceci est faux c’est une certitude, car ce chien était humain !

Il attendait peut-être un peu de quiétude, du respect, la caresse d’une main.

Remarques, ceux qui vivent sous le pont ne demande plus rien

Ceux qui habitent là-bas n’espèrent pas grand-chose de la vie.

Ils ont depuis longtemps compris, qu’il ne reste plus d’espoirs, que du mépris…

 

Batistes, auteur du Livre “En Attendant Camille le Monde S’Ecroule” disponible sur commande aux éditions du Vent.

oct 27 2008

Presse je t’accuse

Posted by admin in Articles exclusifs

Presse censure et consors

 

 

Le Mea Culpa d’Alain Rémond, journaliste à Marianne !

 

Dans « Marianne » du 17 au 23 juin 2006, le journaliste Alain Rémond livre une information gardée le plus souvent discrète par sa profession. A travers son papier, il explique tout bonnement, la destinée des ouvrages des inconnus, qui arrivent dans les rédactions ou directement chez les journalistes : « Je l’ai mis de côté. Dans la pile des autres livres mis de côté ». Voilà donc le triste sort réservé aux illustres méconnus, qui de province, envoient leurs écrits dans les rédactions parisiennes, des myriades d’espoir en tête. Rédactions qui regorgent de piles de livres, donc, qui ne seront jamais lus. Plus loin dans l’article, il avoue avoir découvert par hasard, qu’un livre de sa pile, et qui plus est celui qu’il avait renoncé à lire quelques semaines plus tôt, était en fait celui de Daniel Shneidermann, « un confrère ami ». Bouquin, qui était signé sous le pseudonyme David Serge ! Hasard de la vie ou technique commerciale éprouvée, le dit auteur avait finit par dévoilé son identité. Sous la torture, on imagine ! Ce qui semble, si l’on constate le résultat, plus judicieux pour obtenir une page entière dans Marianne sous la plume d’Alain Rémond et dans d’autres supports comme ce fut le cas. Et oui, la vie est cruelle.

 

Presse écrite et télévisée même combat

 

Dans leur petite bulle culturelle, nos journalistes de la presse écrite suivent la vague commerciale. A l’identique de la télévision. Certains pleurent, en ce moment, le départ de leurs confrères Ardisson et Fogiel, prétextant la mort de talk show où tout pouvait se passer ! Il est vrai que parfois, je précise bien parfois, ces émissions présentaient des inconnus. Ne soyons pas dupes tout de même, l’essentiel de leur fond de commerce, c’est l’invitation de personnalités connus, d’amis. Toujours les amis des amis croisés dans les soirées. Il n’est pas rare de retrouver sur le même plateau trois invités, qui sont eux-mêmes animateurs d’émissions, entourés d’éditorialistes ou autres célébrités de la presse. Voilà la diversité culturelle tant adulée par ceux qui crient de voir Ardisson partir ! Il suffit d’observer les plateaux de l’année 2006 de l’émission « On ne peut pas plaire à tout le monde » de Fogiel, pour comprendre la supercherie. Tu m’invites, je t’invite, on s’invite. Il y a là une similitude avec l’univers des livres. Similitude observée par exemple, à chaque parution d’un livre de Jean François Khan. Effectivement, lors d’une nouvelle sortie de l’auteur, président de Marianne, vous trouverez dans l’hebdo du même nom, plusieurs encarts parlant du livre pendant un mois. Puis vous le verrez comme invité sur la plupart des plateaux télévisés. Et cela même, si le livre ne présente pas un intérêt flagrant. Le copinage fait donc fureur dans les médias, détournant une place de liberté d’expression en place réservée “aux amis”. Peut-être ne faut-il pas s’étonner ensuite, de voir les lecteurs, les auditeurs, chercher ailleurs l’information, la nouveauté !

 

L’illustre inconnu de la pile de livres de Rémond

 

Le malheur dans l’histoire est d’avoir pour seul horizon, si vous êtes l’illustre écrivain inconnu de la pile de Rémond, l’unique espoir d’un papier dans votre hebdo local. Ce qui ne risque pas d’enflammer vos ventes ! Ni de rentabiliser l’affaire. Ne pensez même pas à un passage télé ! Il serait donc inutile, par constat et par expérience personnelle, d’envoyer votre œuvre dans les rédactions nationales ou régionales. Pourquoi ? Parce que si vous envoyez votre livre de septembre à novembre, on vous dira comme me l’a répondu Georges Guitton, responsable des livres pour Ouest-France : « Nous sommes en pleine rentrée littéraire monsieur…donc…». Donc, votre livre ne peut être un livre de la rentrée littéraire ! Pourquoi, je me le demande encore. Oui, c’est certain qu’il ne portait pas la marque Plon ou Albin Michel. N’envoyez pas votre livre dans les rédactions de novembre à Janvier, car cette fois, on vous répondra : « Nous sommes en plein prix littéraire monsieur…donc… ». Donc, votre livre n’en fait pas partie. Normal puisque que vous ne faisiez pas partie, non plus, de la rentrée littéraire. N’envoyez pas votre livre dans les rédactions de février à juin, car cette période de l’année est réservée aux scandales et aux biographies de stars ! Vous n’en êtes pas une ? Et puis, 6 mois après parution, on vous expliquera, comme me le soulignait un journaliste de l’humanité : « Monsieur, je viens de découvrir votre message et votre livre. Je viens rarement à la rédaction car je suis chroniqueur. Il me semble qu’à ce jour, votre livre n’est plus d’actualité.. ». A cet instant, je vous avoue que l’envie est plus forte, un seul mot vient à la bouche « Espèce de gros connard ». En définitif, gardez vos livres chez vous bien au chaud, n’écrivez plus, n’envoyez plus vos manuscrits chez les éditeurs de la place, lisez le « Da Vinci Code » ou le dernier d’Ormesson et « dormez tranquille » dis-je. Ne dépensez ni timbres, ni livres, n’ayez pas d’espoir envers ces journalistes que vous n’intéresserez jamais.

 

Le cercle bien fermé

 

Par ailleurs, dans cette histoire de cercle fermé, il est très énervant de ne jamais recevoir de remerciement de la part de ces journalistes, à qui vous aviez consacré vos plus belles dédicaces, pensant leur faire simplement plaisir. Ils sont décidément ailleurs ! Ils vous rendent, par leur impolitesse, presque invisible. Il reste donc à l’auteur inconnu, la possibilité de plier bagage et de garder ses mots pour plus tard ; espérant qu’un jour, cette bulle fermée culturelle explosera pour de bon à la manière dont les radios libres se sont imposées. Par ailleurs, ne tentez pas d’écrire un papier comme celui que vous lisez, parce qu’ensuite, lorsque vous enverrez votre livre on vous dira : « Monsieur, vous tirez sur nous et vous voulez qu’on vous consacre un papier ? ». Le prochain livre, maintenant c’est sur, je l’écrirais sous le pseudonyme « Daniel Shneidermann » ou « Loana », histoire de mettre quelques chances de mon côté.

 

Batistes. Auteur du livre “En Attendant Camille, Le monde s’écroule” éditions du Vent 2006.

oct 27 2008

Légion Je T’Accuse

Posted by admin in Articles exclusifs

Image du livre Légion je t'accuse par yann chollet. Journaliste en Bretagne.

 

” Légion Je T’accuse : La face cachée de Kolwezi ” vient de sortir aux éditions REXY.

 

Une histoire, le périple d’un légionnaire, une vie mouvementée. Voilà le programme du livre ” Légion Je T’accuse ” qui vient de paraître aux éditions REXY. C’est l’histoire d’un jeune homme, qui devient par hasard légionnaire. Un ouvrage qui se lit rapidement et qui permet d’en savoir un peu plus sur la légion étrangère et surtout qui dévoile un aspect occulté de la période Kolwezi. Voici ci-dessous l’avant-propos du livre et l’adresse pour se le procurer.

 

Avant-propos :

 

” La grande muette garde ses vieux démons bien cachés. Avec le temps, les langues se délient pour nous rapporter des témoignages sur des conflits armés, occultés parfois pendant des décennies. Témoigner, révéler font office de thérapie pour certains soldats blessés dans leur corps sur le champ de bataille et plus encore dans leur âme après coup. C’est dans ce contexte, que nos dirigeants mènent la barque, que notre société contemporaine s’est construite. Le mensonge autour des guerres prédomine parfois sur la réalité des faits, laissant lesvictimes à leur propre sort. Depuis quelques années seulement, nous connaissonsla violence des tortures commises en Algérie. Un exemple parmi tant d’autres. Il manque dans nos livres d’histoire, dans les reportages télévisés formatés, un grand nombre de vérités sur les interventions militaires. Le secret défense permet de voiler le pire ; le silence camoufle les horreurs, les magouilles, les exactions ; l’honneur de la patrie est sauf.

 

Roger Rousseau, auteur de « Légion je t’accuse » aurait pu se contenter de garder ses vieux démons lui aussi, de tirer simplement un trait sur son passé de légionnaire. Il aurait pu se persuader que l’intervention militaire sur Kolwezi, au Zaïre, fut une réussite totale, une intervention propre. Il aurait pu porter sa croix de la valeur militaire sur sa tenue de sortie, encore des années, avec fierté ; faire une carrière exemplaire au sein de sa mère Légion. Mais voilà, Roger Rousseau, légionnaire engagé sous le nom Raymond Reignier, en décida autrement. En prenant le chemin de la désertion, il choisissait de passer dans le camp « des lâches », des fugitifs aux yeux de certains. Ce n’est que quelques mois après son retour de Kolwezi, qu’il préféra partir en cavale. Pourquoi une telle décision, alors que l’avenir lui souriait ? Simplement parce les images qu’il gardait du Zaïre, hantaient ses nuits d’affreux cauchemars. Sur place, il avait alors observé, impuissant, ses frères légionnaires violer des femmes, piller des maisons laissées vides par les Européens, des soldats commettre l’innommable sous les yeux d’officiers peu scrupuleux.

 

Bien sur, Roger Rousseau sait que l’action de l’armée sur Kolwezi a permis de sauver des vies humaines, que des soldats y sont intervenus en toute dignité. Il sait aussi que les guerres sont sales. Seulement voilà, au Zaïre, certains débordements auraient dû être évités. C’est pourquoi, pour se racheter une conscience, pour vider son sac après plusieurs décennies, il décide de balancer sans concession son témoignage. L’histoireest poignante et semble surréaliste par rapport aux mensonges officiels. Personne ne pourra cependant remettre en doute ce que Roger,allias Raymond, a vu de ses yeux.

 

Ce livre retrace également les tribulations cocasses d’un légionnaire. De son engagement au Fort Nogent en octobre 1975 au Nid D’Aigle en Corse ; de l’intervention au Zaïre aux « Nayas » de Djibouti. Sans omettre cette cavale de plusieurs années à travers la France, l’Allemagne, la Hollande et l’Irlande, au cours de laquelle, Roger Rousseau vécut tel un fugitif aux abois. « Légion, je t’accuse ! » n’est pas un pamphlet à charge contre la légion, ni un roman. C’est le récit d’une vie bien mouvementée. Un livre en hommage aux morts inconnus Zaïrois de Kolwezi. Au final, Roger Rousseau regrettera surtout d’avoir été trompé par « sa mère légion », qui lui avait dit un jour : « Légionnaire, tu es un volontaire servant la France avec honneur et fidélité ».

 

Certes, il est toujours possible dans ce monde déroutant qu’est devenu le nôtre d’accepter le silence, de s’enfermer chez soi, de fermer les yeux sur l’avenir qui se dérobe sous nos pieds. Il est plus facile, en ce troisième millénaire, d’entrer dans le rang et de s’asseoir dans le canapé. Ce genre d’attitudes offre toutes les libertés possibles aux décideurs, donne carte blanche à ceux qui voudraient souiller l’humanité, à ceux qui pensent plus aux profits qu’à la sauvegarde de notre planète. Dans le sillage de nos silences, traîne l’amertume, la douleur des peuples opprimés, les remords, un tas de victimes innocentes. Réveillons-nous, informons-nous et sachons dire non lorsqu’il est encore temps. Ainsi, peut-être qu’un jour, nous n’aurons plus à inscrire dans nos livres,le nom de guerres à venir, nous n’aurons plus à mentir. Servons-nous des témoignages du passé, comme celui de Roger Rousseau, pour nous souvenir qu’aucun conflit n’est propre. Seule la paix entre les peuples peut permettre d’envisager un avenir plus serein. Bien sur, l’idée semble utopique, mais n’avons-nous pas besoin d’un brin d’utopie pour espérer ? “

 

Batistes

oct 21 2008

Manifestation du mardi 28 mars à Rennes

Posted by admin in Articles exclusifs

Pour les photos HD cliquez sur les clichés

Photo reportage de terrain en Bretagne : yann chollet photographe malouin

Les photos exclusives

Photos interdites à la reproduction sans accord

Copyright Yann Chollet

Contact pour achat batistes@aol.com ou 06.14.54.19.59

oct 21 2008

Aldéhy peintre contemporain à découvrir

Posted by admin in Articles exclusifs

aldehi à découvrir

 

Un site, des oeuvres, un artiste à connaître

 

Internet offre aux artistes une vitrine universelle. Mais dans les méandres de la toile, la perte de temps devient souvent une cruelle réalité, qui nous ramène à d’autres occupations. Nous parcourons ainsi le monde, d’un site à l’autre, sans parfois nous attarder, gardant comme seul souvenir les publicités inutiles qui nous assaillent. Parfois, la balade virtuelle offre de belles surprises. C’est le cas, avec la découverte du site Internet du peintre « figuratif » Aldéhy. L’artiste, né à Châtellerault en 1956, a effectivement obtenu « une vitrine artistique »  sur AOL, ce qui donna aux internautes l’occasion de découvrir le travail de ce poète, adepte de la peinture rayonnante. Rayonnante disons plutôt explosive, car c’est une véritable rencontre avec divers sujets que propose l’artiste aux yeux des hommes. Le classer du côté des « figuratifs », serait d’ailleurs peu judicieux, tant son art se décline sous différentes formes.

 

 

Une déclinaison des sentiments humains

 

En errant dans sa galerie virtuelle, on découvre au premier virage « les cathédrales de Lumières », véritable déclinaison des sentiments humains à travers le visage d’un seul modèle : celui d’un enfant, son fils Adam. Ce qui ne laisse pas insensible et attise d’ailleurs la curiosité. A travers son pinceau, l’artiste nous dévoile une palette d’expressions qui nous ramène à notre propre existence, à nos propres bambins. On pénètre, par une simple observation, au cœur de l’innocence. C’est comme un voyage initiatique qui nous parlerait de bonté humaine et qui suggérerait peut-être cette question : Quel est ce monde qui transforme avec le temps, le visage insouciant de l’enfance ?

 

 

 

 

Le sens de l’art pictural

 

Plus loin, on entre dans le vif du sujet avec 25 acryliques sur bois, véritables rencontres impossibles entre des personnages historiques comme Moïse, Cléopâtre, Confucius, César, Léonard de Vinci, Adolf Hitler, Charlie Chaplin et des contemporains anonymes. Deux individus par œuvre, ce qui suggère inévitablement une réflexion sur l’existence et le temps qui passe, l’histoire. Oui, Aldéhy ne se contente pas, apparemment, de poser sur la toile des couleurs. Il va au-delà, tentant peut-être de nous parler, du moins de faire naître en nous des émotions, des interrogations. N’est-ce pas cela le sens de l’art pictural ! Et ça marche puisque nul ne peut rester insensible à ses peintures. D’ailleurs, une rapide visite sur la biographie de l’artiste permettra aux visiteurs de comprendre le cheminement de son œuvre, la philosophie de cet homme.  

 

 

Du réalisme à l’abstrait

 

Pour celui qui ne s’arrête pas en chemin, les surprises défilent. Plus loin dans sa galerie, l’artiste nous transporte vers « le Symbolisme », avec des nuances subtiles de couleurs et des thèmes qui laisseront le visiteur touché au fond de ses neurones. Comme cette représentation de Mona Lisa, sur fond de guerre et déchéance humaine, nommée « Allez-y, cassez tout, moi je serai toujours là ». De quoi marquer notre conscience ! Non ? On passe ensuite « au réalisme », véritables photos sur toiles ; puis on plonge dans l’abstrait, en ce lieu inexplicable où chacun peut trouver sa place, son monde. Quelques clics plus loin, nous retournons vers le « Réalisme », avec une série de portraits d’hommes de couleur, dont les regards expressifs interpellent. Pas de mots, pas de long discours, uniquement l’art dans toute sa splendeur. Cet art qui suggère, qui laisse libre l’observateur de se construire une pensée, qui fait parler les sujets fixés sur le tableau. Aldéhy n’influence pas, il montre, il offre, il propose. Après, on prend ou l’on passe, la liberté de chacun est indemne.

 

 

Direction son site

 

Puisque les mots ne parleront jamais autant que les yeux, partez donc à la découverte de cet univers autant mystique que surprenant. Celui de ce poète du pinceau. Grave parfois, ironique, dérangeant, drôle, incontestablement doué, Aldéhy marque par son art les consciences. Après, c’est juste question de sensibilité mais la balade vaut le détour. Si l’envie vous prenait de passer du virtuel au réel, le contact reste possible par simple Email. N’attendez plus, bon voyage sur http://www.artabus.com/aldehy

 

Batistes.

oct 21 2008

Les 12 caricatures de Mahomet (Réponse à un email)

Posted by admin in Articles exclusifs

Image des Caricatures de Mahomet relancent la polémique.

Ma réponse à Mussën (Suite à son Email concernant le premier article sur le thème)

 

Un débordement artistique et alors…

 

Je suis toujours heureux de débattre, d’entendre et de tenter de comprendre. Concernant votre première question : « Est-ce que vous avez bien compris la source de la colère des musulmans ? ». A vrai dire ce n’est pas ma quête. Par mon article, je regrette simplement que la colère dégénère et enflamme des pays, fasse naître des sentiments exacerbés, se transforme en « boucherie », attise les médias. Comme je le précise dans mon premier papier, nous « les humains », nous trouvons déjà tant de raisons de nous haïr, alors pourquoi se focaliser sur un léger débordement artistique. Est-il possible, en ce 3ème millénaire de discuter sans colère ? Oui. Le tout est de s’en donner les moyens. J’ai l’impression que « les caricatures » ne sont qu’une étincelle, qu’un mauvais prétexte pour exprimer une douleur préexistante, plus profonde. D’ailleurs, mon billet ne s’attarde pas à dénoncer ces débordements. J’ai entendu depuis quelques semaines, dans la presse, trop de « biens pensants » monter au créneau pour exposer leur science, au nom d’un savoir qui n’est de valeur qu’aux yeux de ceux qui se pensent intelligents. A vrai dire, ces gens, ils me fatiguent, ils n’apportent jamais de solutions, ils s’écoutent parler et nous, on écoute en remuant la tête. Personnellement, je m’endors.

 

” Le savant ne voit pas le même arbre qu’un fou “

 

Votre deuxième question « Est-ce que vous avez déjà eu une idée concrète et objective de l’Islam ? ». Pour être sincère non. Je n’appartiens pas à la catégorie citée ci-dessus « les biens pensants ». Je reste incapable de dialoguer une heure sur un même thème, en tentant de faire penser à mon interlocuteur, à la justesse de mes dires. L’ouverture, l’observation, la réflexion, le débat, voilà plutôt mon chemin. Chacun doit vivre son Islam, je n’ai pas de conseils à donner. « Le savant ne vois pas le même arbre qu’un fou » dit-on. Je constate simplement qu’en nous focalisant sur des sujets religieux et les heurts qu’ils engendrent,nous perdons notre énergie. Nous sommes dans une spirale, où l’information essentielle est omise, où le monde se fracture. A mon goût, l’histoire « des caricatures de Mahomet » est un sujet de second plan. La religion est peut-être « une raison d’être », comme vous le précisez, mais ce n’est certainement pas une raison de se faire la guerre, ni de prouver le fondement de celle-ci aux autres, par des actes quelconques. J’aime croire que celui qui vit sa religion pleinement ressemblerait à « un moine », un ermite tranquille. Je n’ai pas de croyances particulières, je le précise. Par contre, je pense que la foi doit se vivre de l’intérieur, c’est quelque chose de personnel, qui peut permettre un épanouissement de l’esprit. La croyance n’est en aucun cas une raison de déviances, d’actes barbares, de combats ou règlements de comptes. Il m’est arrivé de rencontrer « Emile Shoufani », le curé de Nazareth, lors d’une interview ; c’est le genre de religieux qui m’interpelle. Il ne parle que de paix, d’amour, d’écoute de l’autre. Là ok, j’écoute.

 

Non à la pensée unique

 

Quant à respecter « les principes de vie d’autrui » c’est aussi ma philosophie, je pense que vous le comprenez. Dans ce cas présent, il faut donc respecter le regard de « l’artiste » sur Mahomet. Ensuite, il est toujours possible de dire « je n’aime pas », « c’est injurieux ». En aucun, nous ne devons choisir des solutions de conflits ou de menaces. C’est mon point de vue. Regardez les humains, des milliers d’années de vie commune et pas une année sans guerre. Nous savons nous servir de l’histoire lorsque ça nous arrange, pour expliquer des situations, disserter ; servons-nous plutôt de celle-ci pour éviter des situations. La nuance est là.

 

Pour revenir à mon premier article sur le sujet, je parle surtout du patron de France-Soir, qui a dû plier bagages depuis la parution des caricatures. C’est d’un ridicule, une injure à la profession. Pourtant, suis-je animé d’une quelconque colère ? Non, je tente d’ouvrir le débat, de parler du sujet plutôt que de traiter d’un autre. Ayant vécu moi-même la censure avec mon premier livre, je lève ma plume chaque fois qu’elle pointe son nez. Sachez que l’art, « les caricatures de Mahomet » en l’occurrence, est subjectif et qu’il aurait été bien difficile de réaliser des dessins qui plaisent à tout le monde. Si l’on devait toujours travailler sur des schémas types « consensuels », cela irait dans le sens de la pensée unique. Je suis contre, désolé…

 

Batistes

oct 21 2008

Les 12 caricatures de Mahomet

Posted by admin in Articles exclusifs

Caricature de manhomet

Les caricatures censurées !

Caricature de manhomet

 

Découvrez sur mon blog, avant Charlie Hebdo cette semaine, Internet oblige, quelques-unes des 12 caricatures de « Mahom..TUTTT ». Pour porter la dérision à son paroxysme, j’ai censuré les propres dessins censurés dudit prophète (Dessins publiés voilà plus de 4 mois dans le quotidien Danois Jyllands-Posten). En France, c’est le Journal France Soir, chapeau bas, qui a publié en intégralité les fameux dessins, mercredi 1 février 2006. Le directeur du quotidien, pour cette tentative courageuse, s’est vu remettre une belle missive de licenciement, le soir même. Une censure visible jetée aux yeux des lecteurs et des consciences. La liberté de la presse en prend pour son grade. A longueur d’année, certains se battent pour défendre celle-ci, en d’autres lieux de la terre, mais là, c’est chez nous qu’elle est bafouée. La France perd beaucoup ces dernières années, dans tant de domaines (économie, armement, justice…). Maintenant, c’est au tour de la presse de bien comprendre que la liberté d’expression s’estompe. Il existe certains sujets, certains humours, certaines entreprises qu’il est préférable de ne pas citer dans la presse française ! Etonné ? 

 

Cette parution a fait l’effet d’un clash du côté d’un nombre important de musulmans ! On se demande bien pourquoi ?

 

Caricature de Mahomet lance la polémique.

 

Caricature de mahomet

 

Guerre et haine au nom de 12 petits dessins ! 

 

Le directeur de France Soir, Jacques Lefranc, a donc fait ses valises suite à cette prise de position. A savoir : garder son choix d’informer, de montrer, de dire. Il se pourrait que l’histoire des caricatures tombe à pic pour le limoger. Des bruits de couloirs ? Peut-être ! Tenons-nous en à l’information officielle. L’idée même que quelques dessins puissent susciter autant d’émotions dans le monde musulman, est irréaliste. C’est le choc des civilisations ou l’incompréhension grandissante d’un monde, qui par sa mondialisation, a fait que les hommes ne se comprennent plus. Devons-nous aussi rayer l’humour, la liberté d’expression au nom de la religion, des religions ? N’avons-nous pas sous nos yeux, dans les livres d’histoire, les horreurs de la frénésie fanatique, des guerres de religions, des dérives déclenchées par des croyances à outrance. La liberté de croire est un droit, mais la liberté de croire le contraire en est aussi un. Le tout étant de rester humble et de bien s’entendre. Pas besoin de poser des bombes ici et là, d’enflammer des drapeaux pour s’expliquer. Il faut se détendre, reprendre son souffle, réapprendre à aimer l’autre. Pour douze jolis coups de crayon, cela vaut-il la peine de se prendre la tête ? Ou encore de mettre à la porte un directeur, qui par sa bonne idée, s’est fait remercier. Espérons, au moins, que la médiatisation de l’affaire relance les ventes du quotidien France-Soir, en redressement judiciaire depuis un bon moment.

 

 

Image modifiée des Caricatures de Mahomet par Yann Chollet.

 

Certains n’aiment pas la paix, c’est sur

 

Par ce billet d’humeur, je soutiens ceux qui publient et publieront encore les dessins d’auteurs, ceux qui par leurs enquêtes apportent des preuves, ceux qui par leur courage marchent la plume en main, sans se retourner ; et ceci dans le seul objectif de défendre notre liberté d’expression et donc nos libertés individuelles. Autrement, que dire « des dérisions » observées ici et là, à travers le monde ? Ridicules, incompréhensibles, navrantes. Ces réactions de prétendus défenseurs d’une religion, vues à la télévision, ne méritent pas la une. Nous créons déjà tant de raisons de nous haïr, qu’il suffit aujourd’hui de chercher à droite ou à gauche, pour trouver les prétextes de conflits. Les hommes sont-ils donc destinés plus à se détruire qu’à construire de belles choses ensemble ? L’affaire des caricatures de Mahomet n’est, en fait, qu’unprétexte, une mauvaise excuse pour ceux qui n’aiment pas la paix, c’est tout.

 

Les religions fourniront toujours, à ceux qui les cherchent, les meilleurs prétextes à des guerres civiles “. Sacha Guitry

 

 

Lien pour découvrir les 12 caricatures de Mahomet.

http://permanent.nouvelobs.com/medias/20060202.OBS4859.html

 

Batistes

oct 21 2008

L’Asie en question ! Tsunami (archive janvier 2005)

Posted by admin in Articles exclusifs

 

Vague de générosité humaine

 

Ne tentons pas de narguer la solidarité ambiante envers l’Asie. Même si l’on peut s’interroger sur ce phénomène d’union fraternelle, éphémère, qui est passé dans nos têtes ? On ne pourra pas reprocher aux êtres humains d’avoir participé à la reconstruction d’un pays ravagé. Ce que nos grands éditorialistes ont rédigé ces derniers temps est là pour encenser cet élan, égal au moins, à la démesure de la catastrophe. Ici « Humanisme le retour », là « Solidarité sans précédent », ailleurs « Vague de générosité humaine » et encore on pourrait presque penser que les hommes sont devenus enfin hommes. Humain avec un cerveau qui pense, qui se réveille, qui décide. Et se décider d’aider son prochain, pour l’humain d’hier, ce n’était pas simple ; notamment pour secourir son « lointain » prochain. C’est un pas pour l’humanité clameront certains. En tout cas, c’est un magnifique exemple à expliquer à nos enfants, rapidement, tant que c’est chaud. Peut-être, eux, comprendront-ils que, c’est dans ces actes répétés, que se joue l’avenir dont celui de la planète.

 

Editorialistes en action

 

Par ailleurs, le sujet était également libre, pour une fois, et nos éditorialistes en ont profité pour s’exprimer enfin avec leurs tripes, toutes leurs tripes. De cela découle quelques belles phrases retrouvées dans les mots, par exemple, de François Régis Hutin (Ouest-France) : « Il nous est donc urgent de penser, ensemble, aux objectifs que nous devrons poursuivre, aux défis que nous ne pourrons relever que tous ensemble si nous voulons servir au mieux le bien commun de l’humanité d’aujourd’hui et de l’humanité de demain ». Oui, il y a urgence, parce qu’ailleurs, à chaque minute, des enfants tombent pour trop de raisons futiles. Oui, il y a urgence, parce que l’Afrique crève du SIDA. Oui, il y a urgence, parce qu’il y a des gros trous dans la couche d’ozone. Oui, il y a urgence, parce qu’il n’y a pas que les dons qui comptent, mais le sourire, la main tendue, à chacun de nos coins de rues. D’où vient cette situation d’urgence qui semble mondiale, si ce n’est de l’endormissement des humains qui peuvent pourtant, et ils le prouvent ces derniers jours, être présents pour autrui. Et lorsque « Autrui » compte, c’est un peu « je pense donc j’aide autrui donc je …. » Descartes serait content.

 

Homme machine Homme utile

 

Le tout, c’est de ne pas s’endormir et d’être à la hauteur. Pas forcément à chaque instant, nià chaque catastrophe, mais de manière régulière. A la hauteur signifiant simplement, se comprendre en tant qu’ « homme utile » et non pas en tant qu’« homme machine ». Vous saurez sans doute la différence si je vous dis, que « l’homme machine » est ce lui qui n’a ni le temps de penser, ni la force de le faire ; est celui qui se regarde dans la glace sans se reconnaître vraiment ; est celui qui passe le clair de son temps devant la télévision, celui qui se vautre devant Drucker le dimanche. Bien oui, quand on regarde Drucker, il n’y a pas besoin de penser, il pense pour vous. « L’homme utile » ou « homme intelligent » (au sens capable de penser), lui, prendra du recul, réfléchira avant d’agir, tentera de faire un bon choix. C’est pourquoi, il faut réaliser dans cet acte de solidarité pour l’Asie, que nous avons tous en nous, cet « homme utile » qui ne demande qu’à exister, ne serait-ce qu’à travers ses actes.  Enfin si ses actions vont dans le sens positif pour l’humanité entière, pour l’Asie dans cet exemple, on peut effectivement garder un peu d’optimisme.

 

Le meilleur comme le pire

 

En ce début 2005, on sait que les hommes sont capables du meilleur. On sait aussi, nous ne sommes pas dupes, qu’ils sont capables du pire. Les exemples ne manquentpas. Tentons alors de faire pencher la balance du bon côté. Nous aurons ainsi l’espoir de recoller les morceaux de ce paradis terrestre qu’est encore notre belle planète bleue.

 

« Dans nos cœurs, il y a le battement de celui d’une famille décimée sous la vague. Dans nos yeux, il y a la vision d’un enfant triste, seul, tombé comme l’oiseau du nid. Dans notre âme se trimballe une de ces misères qui vient d’ailleurs. Les murs, s’ils sont effondrés c’est foutu. La terre, elle a tremblé, ça fait mal. La mer, elle a craché, trop fort.  Elle se balade au grès de nos espoirs et de nos doutes, cette misère qui vient de là-bas. Elle frôle les mondes et se fracasse au hasard. Cette fois lointaine parfois si proche. La misère est là, il suffit de la voir. Elle est loin, nous pouvons l’entendre. Ah, si la misère n’était plus qu’un vieux souvenir ! »

 

Batistes