mar 30 2013

Photographies Panoramiques Saint-Malo et Dinard.

Posted by admin in Pensées évasives

Photographe professionnel saint malo

Saint-Malo, Plage de Bonsecours, Dinard, Plage du Prieuré.

Présentation de photos panoramiques, fruit d’un travail de plusieurs années.

Les images sont présentées en version très basse définition ici

Photographie panoramique saint malo par Yann Chollet.
Photographie panoramique de Saint-Malo en tirage limité. Grands formats.

Rendez-vous sur le site de vente en ligne pour les voir en H.D

COMMANDER DIRECTEMENT ICI - LIVRAISON RAPIDE

(Toutes reproductions interdites à la reproduction)

Photographies Panoramiques de Saint-Malo : Tirage limité, signé.

ENFIN DISPONIBLE A L’ACHAT EN GRANDS FORMATS - MOYENS ET PETITS

Jusqu’à 2 mètres pour la version panoramique de Dinard offrant une vue à 360° sur la baie de Saint-Malo et l’entrée du port.

Photographie Yann chollet, photographe professionnel à Saint Malo.
Photographie limitée panoramique de Dinard - Tirage et impression

Ces photographies panoramiques bénéficient d’une haute définition avec des détails précis même dans les grands formats, des couleurs chatoyantes et une inspiration à la rêverie. Contrastées parfois !

Ces photographies panoramiques de Saint-Malo, sont originales, magnifiques et les tirages conviennent parfaitement à la décoration intérieur. Décoration d’un salon, d’un hall d’entreprise, d’un hôtel, d’une chambre d’hôtel, hall.

Photographie panoramique Saint-Malo Par Yann Chollet, photographe professionnel.
Photographie Panoramique pour tirage Grand Format par Yann Chollet, photographe professionnel à Saint-Malo

Photographie panoramique de Saint-Malo - rare - Tirage limité - impression parfaite - photographie yann chollet - artistique

La décoration par l’image offre des sensations vertigineuses. Ces photographies panoramiques ont été travaillées pour que jamais vous ne vous lassiez de les voir.

Une autre vision panoramique de la Bretagne, la Côte D’Emeraude, Saint-Malo, Dinard, La Cité Corsaire…

Choix énorme au niveau des formats, des papiers, des supports. En passant directement par le site indiqué.

Une qualité irréprochable, une livraison rapide, une tenue parfaite pour ces photos.

Particuliers, comités d’entreprises, hôtels, restaurants, boutiques…

Ces photos en grands formats vous séduiront ou séduiront vos hôtes.

COMMANDER DIRECTEMENT ICI

Vous voulez varier ou changer vos anciennes photographies, alors faites le pas de choisir

l’originalité.

Photographe à Saint-Malo. Photographe professionnel à Saint-Malo

VVente de photographie panoramique, grands formats, photos saint-malo, journaliste, yann chollet, Dinard, pleurtuit, saint-brieuc, Rennes.  Photographe professionnel Saint-Malo, Photographe de mariage à Saint-Malo, dinard, Saint Lunaire.

oct 27 2008

Festival des Terre-Neuvas 2006

Posted by admin in Articles exclusifs

Photo scène bobital

Un festival à consommer sans modération

 

Un projet qui perdure

 

Un projet qui perdure est forcément un projet qui tient la route, qui est mené à la force du poignet. Le festival des Terre-Neuvas à Bobital démontre cette vérité. Du vendredi 7 au dimanche 9 juillet 2006, environ 120.000 personnes ont convergé vers la petite commune Bretonne, d’à peine 1.000 âmes, située dans les Côtes d’Armor. De grands artistes ont choisi encore cette année le festival pour donner le meilleur ; à l’image de Chuck Berry, arrivé tranquillement au volant d’une « Marco » flamboyante et qui fit résonner sa guitare devant plus de 45.000 personnes ; à l’image de Jean Louis Aubert, généreux et intimidé par la liesse populaire ; ou encore de Mickey 3 D dont les messages ont résonné comme des avertissements : «…les imbéciles aiment la guerre car ils ne vont jamais la faire… » ; à la manière de Didier Wampas, qui s’est retrouvé recouvert de boue, à poil sur scène, devant un public disjoncté et réceptif ; à l’image du groupe Trust reformé pour l’occasion et qui a offert au public le meilleur d’un rock français alternatif…Bref, le festival a marqué encore des points cette année dans le cœur des amateurs de bonne musique comme des puristes.

 

Chacun y trouve son bonheur

 

Le festival de Bobital, par son ampleur, est devenu un parcours du combattant. Pas facile effectivement d’arriver sur le site, malgré une bonne canalisation des flux. Pas évident non plus de repérer sa tente parmi les 11.000 implantées durant la période. Pas simple de se traîner d’une scène à l’autre avec la fatigue cumulée des trois jours. Il semble cependant que la formule plaît d’après les quelques commentaires recensés sur place. Même si certains sont repartis en formulant des regrets : « Si c’est pour voir des clips d’Indochine sur grands écrans, ça vaut pas la peine » ou encore : « Trois heures de bouchons pour accéder au festival. J’ai loupé le meilleur » dixit des festivaliers. Il y aura toujours des insatisfaits. Malgré cela, le public a quitté la place avec le sourire et surtout des souvenirs plein la tête. Souvenirs de rencontres avec des gens inconnus, souvenirs de soirées entre amis, souvenirs de la pluie et la boue invitées du premier soir, souvenirs de sons en tous genres. Ce festival ne peut laisser de marbre, chacun y trouve son bonheur et c’est sans doute ce qui fait sa réussite.

 

Quelques anecdotes

 

De nombreuses anecdotes ont ponctué ce festival 2006. Quelques exemples : L’arrêt du pianiste Little Richard au Mac Do de Quévert, débouchant sur plus d’une heure de retard sur scène. La rencontre entre Jean Louis Aubert et Bernie (Chanteur de Trust) dans les loges. Ce moment d’anthologie entre Chuck Berry et Aubert sur la scène, pour quelques accords de plus. Toujours ce Little Richard, trop exigeant toujours, qui demande au cameraman d’arrêter de filmer : « Je ne gagne pas d’argent là-dessus, ce n’est pas prévu dans le contrat, alors stoppez les caméras ou je ne joue pas », ridicule et sifflé par l’ensemble du public. Ou plus humain, Jean Louis Aubert jouant dans les loges, un concert intimiste de quelques morceaux, pour une personne en chaise roulante. Ces 800 kilos de morue qui furent engloutis en quelques heures le dimanche 9 juillet, lors de la traditionnelle fête en hommage aux Terre-Neuvas, ces marins de l’extrême. Enfin, l’anecdotique était également du côté des photographes et journalistes, lorsqu’à l’arrivée de Jerry Lee Lewis en Back stage, un confrère poussait tout le monde et lançait : « Dégagez les amateurs, je suis le photographe de Nono ! » étonnant !

 

La recette gagnante

 

Si l’on connaissait la recette pour réussir un festival, ça se saurait. Cependant, la formule que Didier Guenroc (vice-président du festival), Pierrick Benoît (Président) et le millier de bénévoles qui les soutiennent ont concoctée, tourne bien. La mayonnaise monte d’une année à l’autre. Le mélange d’artistes de divers horizons permet de contenter un large public. Avec une programmation éclectique : Chuck Berry, Félix Thiéfaine, Bernard Lavilliers, Indochine, Bénébar, Pause, Trust, Saian Supa Crew, Bonnie Tyler, Wampas…La philosophie et l’esprit du premier festival paraissent indemnes. Ceux qui sont venus encore cette année de loin le savent. Ils espèrent d’ailleurs que la manifestation conserva son côté accessible à tous et ne deviendra pas une trop grosse machine industrielle, boostée par l’exigence de partenaires. L’édition du festival s’est terminée sur de grandes satisfactions. Souhaitons bon vent aux organisateurs. Que la dixième, l’an prochain, soit du même acabit.

 

Lorsque les derniers amplis cessent d’envoyer les décibels, la nature reprend son silence, les animaux pointent leur tête, les habitants retrouvent leur quiétude, la Bretagne s’endort tranquillement, en attendant Carhaix et ses vieilles charues.

 

Batistes.

 

NB : Mes photos du festival des Terre-Neuvas 2006, qui s’est déroulé à Bobital, en Bretagne, sont visibles en suivant ce lien. Environ une soixantaine de photographies  sont à découvrir :